Accueil Enseigne Recettes Horaires Réservation Exposition Reliure
Tajine d'agneau
Avril 2013

Bientôt la nuit va tomber silencieuse. Le soleil épuisé donne sur les dunes son dernier coup de pinceau trempé d'orange, d'ocre brun et de rouge sang. Un homme coiffé d'un chèche chevauche haut perché son cher dromadaire et scrute l'horizon. " Ha, ha ! " fait-il d'un air réjoui et il tapote le flanc du dromadaire. " Vas-y gamin, je perçois les palmiers là au loin, au galop car j'ai faim. "
La lune est le seul réverbère de l'oasis. Point de grand campement juste une tente bédouine. Hop, le voilà à terre les pieds dans le sable encore chaud.
- Y'a quelqu'un ? Crie- t'il. Ou quelqu'une ? Ce serait encore mieux ! Pense-t'il.
- Holà, pas si fort, on ne crie pas dans le désert, suis pas sourde, qui va là, oh mon dieu, Don Pedro, que faites-vous dans le désert tard, tard ?
- Non d'une pipe (tout bas), quelle délicieuse surprise, Lisa, ici...vous tombez à point nommé...
- Mais vous n'avez qu'un dromadaire ? Où sont donc les trois autres ?
- Malheureusement j'ai pris l'avion pour traverser la méditerranée et les règles sont strictes : pas plus d'un dromadaire par passager, j'ai du laisser les autres à la consigne...
- Dans quel monde vivons-nous !
- Oublions cela et venez que je vous embrasse.
- Eh, vous empestez Don Pedro. Vous ne vous lavez donc jamais ?
- Rarement.
- Entrez donc vous décrassez dans la tine pendant que je prépare le tajine.
- Un tajine à quoi ? Dites-moi tout, Lisa, que je salive dans mon bain.
- Epaule d'agneau coupée en cubes que l'on fait revenir dans l'huile puis qu'on dépose dans le plat creux, sel et poivre. Par-dessus on entasse tous les légumes que l'on désire...
- Désir...désir...
- Carottes, navets, céleri rave, poireaux, oignons, courgettes, tomates...une bonne pincée de ras el hanout, cumin et cannelle et quelques éclats d'ail...un verre d'eau et le couvercle conique par-dessus. Enfin sur la flamme ou la braise et dans une heure et demie nous nous assoirons sur le tapis pour déguster ce mets divin.
- Vous viendrez me frotter le dos ?
- Ah, Don Pedro, toujours aussi coquin...

Clapotis par -ci, grésillements par- là, puis pas légers qui viennent de là jusqu'ici...

- Là, Lisa, oui là, frottez, ah que c'est bon, là aussi, oui là, plus bas.
- Ca me fait penser que j'ai oublié les pruneaux dans mon tajine.
- C'est pas le moment... !
- C'est vrai que c'est facultatif... !

Le désert résonne d'un grand plouf.

- Alors c'est bon ?
- Oh oui c'est bon et c'était bon !
- Rien ne vaut l'agneau et le sentimental pour la santé mentale...


2017 © Etienne Pichault
Site réalisé par Antoine Pichault